Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
ulismorez39
Description du blog :
Petit fourre-tout de l'Ulis collège de Morez
Catégorie :
Blog Association
Date de création :
05.04.2011
Dernière mise à jour :
08.04.2014

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Annonces (0)
· Articles (3)
· Bibliographie (1)
· Café philo (5)
· CFG (3)
· Contes (6)
· Enigmes et devinettes (0)
· Enquêtes (0)
· Fonctionnement de l'Ulis de Morez (7)
· Français (0)
· Histoire-géographie (0)
· Le billet du prof (9)
· Littérature (7)
· Mathématiques (0)
· Nos oeuvres (0)
· Nos projets (0)
· Nos stages (2)
· Nos visites (0)
· Nouvelles policières (5)
· Poésies (13)
· PSE (1)
· Recettes (3)
· SVT (0)
· Textes documentaires (1)
· Textes libres (10)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or ulismorez39
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Questions à poser lors d'un stage de découverte des métiers
· Projet de fonctionnement pour l'année 2010-2011
· Le pot cassé (différence et handicap)
· Qu'est-ce que le CFG?
· Pourquoi les lapins ont des grandes oreilles?

· L'Ulis, un dispositif dynamique
· Conclusion et ouverture
· Analyse du cadre règlementaire
· Mon stage à la crèche de Villedieu
· Caractérisation des publics concernés
· MARIO KART 7
· Organisation pédagogique
· La guerre des fourmis
· Babouche, la mouche qui se pose des tas de questions
· Le camion toupie

Voir plus 

Blogs et sites préférés


Statistiques 77 articles


Thèmes

aimer amis amour animaux argent art article belle bonne cadre centerblog chez

Derniers commentaires

bonjour je vous invite à lire mon blog de stagiairehttp: //stagiairedej eps.centerblog .net
Par stagiairedejeps, le 04.11.2014

merci beaucoup
Par toto, le 30.10.2014

je vais suivre vos conseils merci
Par fabi, le 02.06.2014

merci pour les informations, cet article nous permet de suivre les actualités de notre futur métier! bonne c
Par Cabinet gallet, le 15.05.2014

c'est une belle perception des choses . quelques soit nos différences , on n'est ni bon ni mauvais dans les d
Par Anonyme, le 13.03.2014

Voir plus

RSS
Recherche
Recherche personnalisée

Fonctionnement de l'Ulis de Morez

Conclusion et ouverture

Publié le 10/04/2011 à 06:00 par ulismorez39

VII. Conclusion et ouverture

Ce projet de dispositif est, bien sûr, appelé à évoluer et les remarques et suggestions de tous seront les bienvenues. Il se doit d’être vivant et ancré dans les réalités de l’établissement et des élèves que l’ULIS accueille.

Le coordonnateur de l’ULIS ne peut et ne doit pas, seul, faire fonctionner ce dispositif qui est, par définition, inclus et ouvert sur le collège. Cela est la condition sine qanun de la réussite du projet de chaque élève.



Corégulation du projet de dispositif

Publié le 10/04/2011 à 05:59 par ulismorez39

VI. Corégulation du projet de dispositif

Tous les ans, le projet de l’ULIS. est retravaillé et les objectifs généraux et particuliers sont rediscutés en tenant compte de l’avis et des points de vue de tous les acteurs de la vie du collège.

Cette corégulation est l’un des temps forts qui contribue au bon fonctionnement du dispositif.

A. Entre l’établissement, les familles et les élèves

Le temps fort de l’échange avec les familles est l’ESS.dans laquelle sont conviés toute personne étant appelé à travailler avec l’élève : parents, élève, enseignant référent de la scolarité, enseignant coordonnateur, AVSco., professeurs, principal, CPE, CMP, SESSAD… Leur fréquence est généralement de une par an. C’est un temps fort qui permet de réguler le projet personnalisé de chaque élève en confrontant les différents points de vue.

Le second temps important du dispositif est le conseil de classe trimestriel.

Le troisième temps est le temps des réunions entre les parents, l’élève, l’AVSco., l’enseignant coordonnateur et d’autres personnes concernées par l’élève (CPE., enseignants, direction, services de soin,…).

B. Entre le dispositif et la direction du collège

 

Le suivi des élèves du dispositif ULIS. est assuré par la principale du collège qui assiste (physiquement lorsque cela est possible ou par délégation à la conseillère principale d’éducation) aux ESS. ainsi qu’aux conseils de classe. Elle est l’interlocutrice privilégiée pour la gestion quotidienne du dispositif au sein de l’établissement.

« Celui-ci organise également autour du coordonnateur les réunions portant sur le fonctionnement de l’Ulis. » Ces réunions ont pour but de réguler le dispositif et permettent à toutes les personnes du collège concernées par les élèves de l’ULIS de prendre une place à part entière dans le projet global de fonctionnement.

C. Entre l’enseignant coordonnateur et les autres enseignants du collège

Une heure de coordination/synthèse hebdomadaire est attribuée, dans l’emploi du temps de l’enseignant de l’ULIS., à la construction, à la régulation et à l’évaluation des scolarisations individuelles ou collectives des élèves de l’ULIS. Ces réunions de durée variable sont l’occasion de présenter les profils d’élèves, de définir le niveau de compétences visé dans une matière, d’imaginer les adaptations pédagogiques et matérielles à mettre en place.

D. Entre l’enseignant coordonnateur et l’AVSco.

Une seconde heure de coordination/synthèse toutes les deux semaines est prévu à l’emploi du temps afin de permettre à l’enseignant spécialisé et l’AVSco. de se concerter sur les modes de gestion de vie de classe et les attitudes à adopter en situation de scolarisations individuelles.

E. Entre l’enseignant coordonnateur et la Vie scolaire

 

Un contact régulier est à privilégier entre les membres de la Vie scolaire (CPE., assistantes d’éducation, médiatrices, assistantes pédagogiques).

La note de vie scolaire, déterminée chaque trimestre entre la CPE. et l’enseignant coordonnateur en tenant compte des avis des enseignants concernés par les élèves d’ULIS., est un moyen favorisant la corégulation des projets personnalisés ainsi que du projet de dispositif.

Projet de fonctionnement pour l'année 2010-2011

Publié le 10/04/2011 à 05:54 par ulismorez39 Tags : bonne 2010 travail cadre livre pensée texte mode jeux lecture

V. Projet de fonctionnement du dispositif pour l’année 2010-2011

A. L’effectif de l’ULIS.

ü L’encadrement:

Thibaut COLIN, professeur des écoles spécialisé, CAPA-SH. option D : enseignant coordonnateur de l’ULIS.

Emilie STILLER : Auxiliaire de vie scolaire collective (AVSco) à 75% au sein de l’ULIS.

ü Effectif d’élèves:

10 élèves composent l’ULIS. à la rentrée 2010 : 4 filles et 6 garçons :

- 4 élèves entament leur 4ème année en ULIS. dont 2 au sein de l’ULIS. de Morez.

- 4 élèves entament leur 2ème année au sein de l’ULIS. de Morez.

- 2 élèves entament leur première année au collège et donc en ULIS.

L’âge des élèves varie entre 11 ans et 16 ans.

En ce qui concerne l’effectif de l’ULIS, la circulaire du 18 juin 2010 précise qu’il est souhaitable qu’il n’excède pas 10 élèves. Cependant, dans le cadre d’un PPRE, un élève peut bénéficier de temps de scolarisation au sein du dispositif.

B. Horaires de fonctionnement

 

ü Horaires de l’enseignant coordonnateur:

L’enseignant de l’ULIS. effectue 21 heures de présence élèves au sein du dispositif. Il se réserve 2 heures hebdomadaires supplémentaires de coordination/synthèse qui se déroulent ainsi :

ü 1heure ou 2 heures hebdomadaires : - corégulation des scolarisations avec l’équipe enseignante du collège.

- rédaction des bilans périodiques concernant la progression et l’évolution des élèves.

- travail sur les erreurs des élèves afin de comprendre leur démarche et de mettre en place les médiations et remédiations nécessaires.

ü 1 heure toutes les deux semaines : échange entre l’enseignant coordonnateur et l’AVSco. :

- concertation sur le mode de gestion de la vie de classe.

- corégulation des scolarisations dans les classes de référence.

- échanges au sujet de l’évolution des élèves.

ü Horaires des élèves de l’ULIS. :

Etant répartis dans différentes classes de référence et sur les quatre niveaux du collège, le nombre d’heures de cours des élèves varie tout comme peut varier le nombre d’heures de tous élève au collège.

L’emploi du temps de l’ULIS. est calqué sur celui du collège et il tient compte des emplois du temps des classes de référence. Il doit également permettre aux élèves du dispositif de profiter des clubs ou ateliers éventuellement proposés au sein de l’établissement.

Il est souhaitable que les journées de cours ne soient pas trop lourdes afin que les élèves puissent profiter au maximum des apprentissages.

Lorsque les élèves sont présents dans le dispositif, ils peuvent, si besoin, disposer de temps « libres » durant lesquels ils ont la possibilité de lire un livre ou un magazine de leur choix, participer à des jeux de réflexion, d’entraide, d’imagination,…, s’adonner à l’écriture de textes libres ou encore de compositions plastiques libres.

C. Local et équipement

La salle de l’ULIS. est située au premier étage de l’établissement, en face de la salle des professeurs et non loin de l’administration et de la cantine. Elle est donc en plein cœur de la vie quotidienne du collège.

 


Cette salle est très spacieuse, ce qui permet aux élèves de s’y sentir à l’aise. Cela facilite grandement la mise en place de groupes de travail plus sereins.

Une salle annexe permet aux élèves qui le souhaitent après leur travail ou à ceux qui en ont besoin de venir s’isoler dans un lieu calme dans lequel une petite bibliothèque est mise à disposition.

Cette salle est aussi très utile lorsque des élèves ont à passer des évaluations données par les enseignants de leur classe de référence ou par l’enseignant du dispositif.

L’organisation de ces deux salles doit refléter le fonctionnement de l’ULIS. avec des lieux de références pour les outils méthodologiques, pour les scolarisations dans les classes de référence, pour l’affichage des progressions de chaque élève ainsi que des affichages reflétant les apprentissages en cours d’acquisition.

Un programme de la journée est noté sur un tableau réservé à cet effet, ce qui permet aux élèves d’anticiper sur le déroulement de la journée, d’organiser leur matériel et de se remettre en mémoire le travail effectué tout au long de cette même journée.

 

Grâce à la subvention du Conseil général pour toute ouverture d’une ULIS., nous avons à disposition différents types de matériels très utiles pour les apprentissages :

ü 1 vidéoprojecteur.

ü 1 caméscope.

ü 1 enregistreur numérique.

ü 1 plastifieuse.

ü Plusieurs sortes de jeux de société, de réflexion, d’attention, de stratégie…

D. Objectifs pédagogiques généraux du dispositif

Comme il a été précisé précédemment, les objectifs pédagogiques relèvent des deux référentiels nationaux :

PROGRAMMES OFFICIELS SOCLE COMMUN

Afin que les élèves de l’ULIS. acquièrent le plus possibles de compétences relevant de ceux-ci, l’établissement d’un profil cognitif général est primordial. Grâce à ce profil, non exhaustif, nous pouvons déterminer des axes de travail prioritaires ainsi que les moyens et démarches à mettre en œuvres pour permettre la progression de chacun.

1. Caractérisation du profil cognitif du groupe d’élèves

 

POINTS FAIBLES

La plupart des élèves scolarisés en ULIS. présente un style cognitif marqué par :

ü un sentiment d'échec important ;

ü des difficultés de mémorisation ;

ü un temps de concentration limité ;

ü une attention fugitive ;

ü une fatigabilité importante ;

ü un rythme mal adapté (trop vite ou trop lent) ;

ü peu de transposition des acquis ;

ü des difficultés à prendre la parole ;

ü des difficultés de compréhension ;

ü des difficultés de raisonnement et de logique ;

ü des difficultés pour anticiper et planifier ;

ü des difficultés pour dépasser leurs représentations (difficulté à inhiber) ;

ü un manque de vocabulaire (actif et passif).

Ces principales difficultés relèvent bien des troubles des fonctions cognitives puisqu’elles touchent les quatre classes de ces fonctions cognitives :

 les fonctions réceptivespermettant l'acquisition, le traitement, la classification et l'intégration de l'information;

? la mémoire et l'apprentissagepermettant le stockage et le rappel de l'information;

? la pensée ou le raisonnementconcernant l'organisation et la réorganisation mentale de l'information;

? les fonctions expressivespermettant la communication ou l'action.

(Tiré de Terminologie de neuropsychologie et de neurologie du comportement. Recherche et réd. Louise Bérubé., c1991., 176 p.)

POINTS D’APPUI FAVORABLES

ü un désir de faire comme tous les autres collégiens ;

ü une bonne adaptation au rythme et à l’environnement du collège ;

ü un réel sentiment d’appartenance à leur classe de référence ;

ü une bonne entente au sein du dispositif ;

ü l’envie de bien faire et de progresser ;

ü une expression (dans le dispositif) relativement libre ;

ü l’envie d’effectuer des stages de découverte professionnelle et de s’intéresser à leur projet d’orientation ;

ü un désir de se tourner vers les moyens d’expression (théâtre, arts visuels,…) ;

ü une réelle implication dans les disciplines dans lesquelles ils sont scolarisés dans leur classe de référence.

2. Caractérisation des axes de travail prioritaires

Rendre l’élève acteur de ses apprentissages

Conscientisation du contrat didactique

> Critères de réalisation (les étapes).

> Critères de réussite.

OBJECTIFS

> Accroissement de l’autonomie.

> Développement de l’esprit critique et des capacités de réflexion.

> Utilisation réfléchie des outils d’étayage (« individu plus »).

> Utilisation des erreurs pour progresser.

> Améliorer les capacités mnésiques.

> Développer l’expression orale et la lecture à voix haute.

MOYENS

Pédagogie de projet

> Conscientisation du(des) but(s) à atteindre.

> Anticipation et planification des étapes du projet.

> Phases de régulation.

> Visualisation de la progression.

Plans de travail personnalisés en autonomie

> Autonomie dans l’ordre de réalisation du plan.

> Fiches autocorrectives.

> Reprise des leçons, outils méthodologiques et traces écrites en vue de progresser.

> Visualisation de l’état initial et de l’état final des compétences.

Entraide et conflit sociocognitif

> Système de tutorat et de personnes ressource.

> Travail de groupe pour résoudre des situations problèmes.

Métacognition

> Réflexion et retour sur les démarches de chacun.

> Choix de démarches susceptibles d’être plus appropriées.

> Construction d’outils d’aide à la réflexion (schéma heuristique,…)

Cahier d’essais et erreurs

> Visibilité des démarches utilisées sans peur du regard évaluateur.

> Reprise, sans « risque » du travail déjà effectué.

« Nourrissage culturel et discussions à visée philosophique»

> Lectures de textes fondateurs (et bien d’autres encore).

> Discussions et débats pour travailler la compréhension et le développement des capacités imageantes, de la réflexion,….

> Productions d’écrits à partir des réflexions dégagées.

Théâtre

> Travail sur la lecture à voix haute.

> Travail sur la compréhension de textes longs.

> Travail sur les capacités mnésiques.

> Devenir plus à l’aise à l’oral

Correspondance scolaire

> Productions d’écrits destinées à de « vrais » lecteurs.

> B2i.

> Expression orale.

> Travail de réflexion et développement de l’esprit critique.

 

L'Ulis, un dispositif dynamique

Publié le 10/04/2011 à 05:52 par ulismorez39 Tags : 2010 cadre éléments france

I. L’ULIS., un dispositif dynamique pour la construction du parcours de l’élève handicapé

 

« Les élèves d’ULIS. bénéficient des dispositifs de droit commun visant la préparation à ces transitions (phases d’orientation) : parcours de découverte des métiers et des formations, accompagnement personnalisé, stages de remise à niveau ou passerelles, entretiens personnalisés d’orientation et accompagnement personnalisé mis en place dans les lycées (généraux et technologiques, professionnels). » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

Comme le précise la circulaire du 18 juin 2010, l’ULIS. n’est pas un dispositif qui est régit par des règlements différents et qui ne doit pas créer « un univers parallèle » à celui du collège. Ce serait là l’inverse de l’esprit de la loi. Au contraire, elle doit permettre aux élèves qui y sont inscrit d’accéder plus facilement aux dispositifs déjà existants dans le droit commun. Le rôle de l’ULIS. est d’apporter un étayage supplémentaire afin que les élèves aient toutes les chances de réussir dans leur projet :

ü Le socle commun est un des référentiels auxquels sont soumis les élèves d’ULIS. comme tous les élèves de France.

ü Les élèves d’ULIS. peuvent passer le diplôme national du brevet mais la passation du certificat de formation générale (CFG.) est plus souvent proposée.

« Plus encore que pour les autres élèves, pour les élèves d’Ulis, la réussite des phases d’orientation doit donner lieu à une préparation spécifique, détaillée dans un volet dédié à l’orientation au sein du PPS. Ce volet, dénommé projet personnalisé d’orientation (PPO) intégré au PPS, mobilise l’élève et sa famille, les établissements d’origine et d’accueil et les autorités académiques, au titre des procédures d’orientation et d’affectation qu’elles mettent en place. » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

ü A partir de la 4ème, les élèves peuvent aller en stage de découverte des métiers afin de préciser leur projet professionnel.

ü « Les activités proposées à tous les élèves dans le cadre du parcours de découverte des métiers et des formations, dès la classe de cinquième, doivent être ajustées aux besoins spécifiques des élèves de l’Ulis. » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

A. Le socle commun de connaissances et de compétences

« À l’instar des autres élèves, les élèves scolarisés en ULIS. de collège sont détenteurs d’un livret personnalisé de compétences (LPC.) dans lequel sont mentionnées les compétences du « socle commun de connaissances et de compétences », validées tout au long de leur parcours. » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

Le LPC. est un outil très important pour diverses raisons : - il permet à l’ensemble des élèves de plus facilement se situer dans leur parcours de formation en leur permettant de mieux percevoir et comprendre les compétences qu’ils ont acquis, celles qu’ils travaillent actuellement et celles qui ne sont pas encore à leur portée.

- il permet à un élève d’ULIS. de se sentir encore plus inclus et de ne plus avoir à se demander s’il est réellement un élève comme les autres. Par cet outil commun, les choses se règlent par elles-mêmes bien que pour beaucoup d’entre eux, le palier 2 du socle commun reste encore à travailler.

C’est à l’ensemble de l’équipe enseignante du collège, et plus seulement à l’enseignant coordonnateur, de valider les compétences acquises. Tous les professeurs peuvent également mieux se rendre compte des besoins mais aussi des avancées de chaque élève et notamment des élèves de l’ULIS.

B. DNB. et CFG.

« Pour les élèves d’ULIS. dont le PPS. ne prévoit pas l’accès au diplôme national du brevet, la passation du certificat de formation générale (CFG.) est proposée dans les conditions prévues par les articlesD. 332-23et suivants ducode de l’Éducation. » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

La précision importante à apporter c’est que, si rien n’est notifié dans les PPS. des élèves, ils doivent passer le diplôme national du brevet. Il est donc important de notifier, lors des ESS., s’il est préférable ou non que l’élève passe le certificat de formation générale.

Le CFG. est un diplôme dont les modalités ont été modifiées par décret le 8 juillet 2010. Il est notamment ouvert aux élèves inscrits en ULIS. Les élèves passent le CFG. en fin de 3ème.

Désormais, « le certificat de formation générale valide l’aptitude du candidat à l’utilisation des outils de l’information et de la communication sociale ainsi que sa capacité à évoluer dans un environnement social et professionnel. Il garantit l’acquisition de compétences au moins au palier 2 du socle commun de connaissances et compétences, défini par arrêté du ministre chargé de l’éducation. »[1].

Les modalités de contrôle pour les élèves scolarisés (notamment en ULIS.) sont les suivantes :

ü Evaluation établit au cours de la formation des élèves Validation des compétences suivantes du palier 2 du socle commun :

·la maîtrise de la langue française ;

·les principaux éléments de mathématiques et de la culture scientifique et technologique ;

·la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication ;

·les compétences sociales et civiques ;

·l’autonomie et l’initiative.

ü Préparation d’une épreuve orale d’une durée de vingt minutes qui consiste en un entretien avec le jury. L’épreuve orale prend appui sur un dossier préparé par le candidat au cours de sa formation. Ce dossier « permet d’apprécier les aptitudes à la communication orale, aux relations sociales ainsi que sa capacité à exposer son expérience personnelle et à se situer dans son environnement social ou professionnel. Le dossier, préparé par le candidat, qui ne doit pas dépasser six pages, est élaboré à partir de l’expérience professionnelle ou de stage(s) de formation ou de centres d’intérêts personnels. Sa rédaction implique l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. »[2]



[1] Décret n° 2010-784 du 8 juillet 2010

[2] Arrêté du 8 juillet 2010

Organisation pédagogique

Publié le 10/04/2011 à 05:46 par ulismorez39 Tags : 2010 travail cadre enfant texte signature bonne création enfants livre lecture

 

III. Organisation pédagogique

 

A. Un projet de dispositif qui concerne l’ensemble de l’équipe éducative

Il est indispensable de concevoir un projet de dispositif pour des élèves dont les besoins sont suffisamment proches, afin d’assurer les meilleures conditions de fonctionnement et d’efficacité pédagogiques de l’ULIS.

L’équipe éducative dans son ensemble contribue à développer les apprentissages sociaux, acceptation des règles de vie de la communauté scolaire et amélioration des capacités de communication ainsi, bien évidemment, que des connaissances et compétences scolaires.

 

«  L’existence d’une Ulis dans un établissement ou d’une Ulis en réseau avec un établissement « tête de réseau » nécessite :

  • un projet de l’Ulis, partie intégrante du (ou des) projet(s) d’établissement :le projet de l’Ulis permet d’articuler les PPS des élèves concernés entre eux et avec le projet d’établissement. Ce projet concerne et implique tous les professionnels de l’établissement ; il répond aux mêmes exigences d’évaluation que le projet d’établissement. Les élèves de l’Ulis participent aux activités organisées pour tous les élèves dans le cadre du projet d’établissement ;

  • un cadre conventionnel :les différents partenaires associés à la création de l’Ulis formalisent leur engagement par la signature d’une convention qui précise les conditions de la participation de chacun et définit les obligations spécifiques de chaque partie. » Circulaire n° 2010-088 du 18 juin 2010

B. L’enseignant coordonnateur du dispositif

Pour assurer la scolarisation adaptée de ces élèves, qui présentent des difficultés importantes sur le plan cognitif, une organisation particulière est retenue : la création de l’ULIS s’accompagne de l’affectation d’un enseignant du premier degré, titulaire du CAPA-SH option D ou d’un enseignant du second degré, titulaire du 2CA-SH[1] option D également. Cet enseignant fait partie intégrante de l’équipe enseignante du collège. De ce fait, il participe aux conseils de classes, aux assemblées générales,… Il peut tout à fait participer à des projets initiés par d’autres enseignants et/ou par lui-même.

Il peut aussi être une personne ressource pour le collège pour des questions spécifiques concernant la méthodologie, la différenciation, l’adaptation des apprentissages, la difficulté scolaire,…

L’enseignant coordonnateur a différentes missions :

ü Il est associé aux ESS. afin d’apporter des précisions quant à l’état de l’évolution et des capacités actuelles de chaque élève sur le plan scolaire afin de proposer des objectifs spécifiques qui constitueront les fils rouges nécessaires à la poursuite de leur progression.

ü Une autre de ses missions est celle d’un enseignant capable de dispenser à ces élèves un enseignement très adapté à leurs possibilités. En effet, en ce qui concerne les apprentissages fondamentaux, ces élèves, comparés aux autres élèves du collège, peuvent présenter des écarts importants. Il convient donc d’approfondir et de consolider les apprentissages scolaires, mais aussi de développer les apprentissages culturels et sociaux.

ü L’enseignant d’une ULIS. a pour tâche de coordonner les apprentissages au sein du dispositif et de gérer l’ensemble des actions de scolarisation des élèves dans leurs classes de référence. C’est l’une des raisons qui font qu’ « il est souhaitable que le nombre d’élèves scolarisés au titre d’une Ulis ne dépasse pas dix ». Il doit donc, avec le partenariat de l’ensemble de l’équipe enseignante, mettre en place les scolarisations en fixant, si besoin, des objectifs spécifiques mais aussi les coréguler à la fin d’une période déterminée ou lorsque cela s’avère nécessaire.

ü Il doit également être un des partenaires privilégiés des services de soin qui suivent les élèves.

Enseignant coordonnateur de l’ULIS.

Assure les enseignements adaptés au sein du dispositif.

Participe aux équipes de suivi de la scolarisation (ESS.).

Coordonne le suivi des scolarisations dans les classes de référence.

Coordonne les interventions des services de soin.

Met en place et régule (après concertation des différents intervenants) les étayages à apporter.

Participe aux différentes réunions relatives à la vie du collège (conseils de classe, AG., …).

Peut être une personne ressource au sein du collège.

Schéma « Rôles et missions de l’enseignant coordonnateur d’une ULIS. »

Enseignant coordonnateur de l’ULIS.

Assure les enseignements adaptés au sein du dispositif.

Participe aux équipes de suivi de la scolarisation (ESS.).

Coordonne le suivi des scolarisations dans les classes de référence.

Coordonne les interventions des services de soin.

Met en place et régule (après concertation des différents intervenants) les étayages à apporter.

Participe aux différentes réunions relatives à la vie du collège (conseils de classe, AG., …).

Peut être une personne ressource au sein du collège.

 

C. Rôles de l’AVSco [2].

1. Cadre général

Ø L’auxiliaire de vie collective (AVSco.) est rattaché(e) à l’ULIS1 à plein temps (35h) ou à temps partiel selon les dispositions mentionnées dans son contrat de travail.

Ø Son champ d’intervention est large :

ü Interventions dans l’ULIS. sous la conduite et la responsabilité de l’enseignant. Il s’agit de l’animation d’activités de groupes pendant un temps déterminé dans le cadre d’une organisation pédagogique différenciée. Ponctuellement, l’AVSco. pourra travailler avec un enfant pris individuellement pour une action d’étayage définie en collaboration avec l’enseignant.

ü Accompagnement des élèves dans le cadre d’une scolarisation en milieu ordinaire à temps partiel. Chaque fois que cela est nécessaire, l’AVSco. peut se voir confier l’accompagnement d’élèves bénéficiant de temps réguliers de scolarisation dans une classe ordinaire (déplacements, installation de matériel, étayage lors de séances). En classe ordinaire, l’AVSco. s’occupe prioritairement de l’élève qu’il (qu’elle) accompagne. Dans le cadre de travaux de groupe, il (elle) peut prendre en charge le groupe où se trouve l’élève qu’il (qu’elle) accompagne. Son intervention se fait sous la conduite et la responsabilité de l’enseignant de la classe de référence. Il (Elle) rend compte des évènements remarquables auprès de l’enseignant.

ü Participation aux sorties scolaires, avec ou sans nuitées, occasionnelles ou régulières.

ü Collaboration aux ESS., aux bilans intermédiaires ainsi qu’aux bilans de fin d’année concernant le ou les élèves accompagnés pour contribuer à la cohérence et au suivi du projet personnalisé. A ce titre, l’AVSco. est assujetti(e) à une obligation de discrétion professionnelle. L’AVSco. peut parler des difficultés et des progrès constatés des élèves du point de vue de leur autonomie et comportement.

ü Participation à la réunion d’information de rentrée pour être présenté(e) aux parents.

L’AVSco. intervient dans la classe en fonction des activités programmées par l’enseignant. Les objectifs attendus doivent être spécifiés ainsi que le niveau d’étayage, de reformulation. Cela concerne des activités de consolidation, de renforcement, de révision et d’application. L’enseignant prend en charge tous les moments d’apprentissages, toutes les situations de découverte, toutes les situations problèmes. Il donne les consignes, corrige et évalue les différents travaux. L’enseignant construit et prépare le matériel pédagogique utilisé par les différents groupes.

Enfin, bien que l’AVSco. intervienne lors des réunions concernant la vie de la classe ou les ESS., c’est à l’enseignant de réguler les relations parents-collège-élève, partenaires-collège-élève. L’AVSco. n’intervient pas en réponse à une demande informelle du collège ou de la famille sans lien avec la fonction d’auxiliaire de vie scolaire.

 

 

2. Spécificité de l’ULIS1. du collège Pierre-Hyacinthe CAZEAUX

 

Suite à une réflexion sur la cohérence entre le cadre général prescrit et la recherche du meilleur fonctionnement possible de l’ULIS., il a été convenu que l’AVSco. exerçant au sein du collège serait en liaison constante entre le dispositif et la Vie scolaire.

Ce choix a été fait dans le but de favoriser le lien entre l’ULIS., qui se doit d’être ouverte sur le collège, et le cœur de la vie collective de l’établissement qu’est la Vie scolaire :

ü Les élèves du dispositif y trouvent un relai essentiel puisque l’AVSco. devient un point d’appui qui peut les accompagner dans les démarches qu’ils ont à effectuer. Cela leur permet d’aller plus facilement vers les autres membres de la Vie scolaire et, petit à petit, l’AVSco. peut réduire voire stopper l’étayage qu’il (qu’elle) apportait en début de scolarisation au collège.

ü L’ensemble des élèves de l’établissement y trouve lui aussi un relai, sans doute plus accessible qu’un enseignant, permettant de poser des questions et d’obtenir des réponses concernant le fonctionnement de l’ULIS., son rôle, les profils des élèves qui y sont inscrits,…

ü Pour l’enseignant coordonnateur de l’ULIS., l’AVSco. devient un « instrument » prépondérant pour réguler les différents événements, comportements, attitudes qu’il n’aurait peut-être pas pu décoder voire même percevoir dans le cadre d’une autre organisation.

ü Enfin, grâce à cette organisation spécifique, l’AVSco. peut prendre une véritable place dans l’équipe du collège ce qui, à n’en pas douter, apporte un « plus » considérable dans l’objectif de l’inclusion de l’ULIS. et de ses élèves au sein de l’établissement.

3. Rôles et missions de l’AVSco. pendant le temps scolaire

 

L’AVSco. peut mener des actions diverses dans tous les domaines d’apprentissage :

Ø Surveillance, régulation, sécurisation :

ü Surveille et intervient auprès des élèves à la demande.

ü Rappelle les règles de vie de la classe et de l’établissement.

üRecadre les élèves manifestant des troubles du comportement perturbant le fonctionnement normal de la classe et des élèves ne respectant pas les règles de vie.

üSoutien et encourage, motive et stimule, rassure sur des résultats intermédiaires, relativise et dédramatise les erreurs.

üCanalise l’attention sur un projet précis.

üFavorise la participation des élèves aux sorties scolaires (rassurer, permettre un meilleur accès aux structures d’accueil…)

üAccomplit des gestes techniques ne requérant pas une qualification médicale ou paramédicale (détention de l’AFPS) : donner des soins de premier secours.

üSignale tout évènement ayant été subit par les élèves (dommages corporels, suspicion de maltraitance…).

 

ØEncadrement matériel des élèves :

üAide pour ranger, préparer le poste de travail des élèves ou leur cartable…

üAide pour tenir un cahier, un classeur…

üAide pour manipuler du matériel spécifique…

 

ØEntraînement de savoir-faire particuliers :

üCopie active.

üOrdonnancement d’images.

üRelecture d’un livre, lecture pour le plaisir.

üActivités d’entraînement phonologiques, mémorisation de mots.

üPratique de la lecture à voix haute (énonciation, intonation…).

 

ØAccompagnement des élèves scolarisés en classe ordinaire :

 

üAide aux déplacements.

üAide à l’installation de matériel particulier.

üPrise de repères spatiaux et temporels.

üVerbalisation des habitudes de fonctionnement de la classe et de l’enseignant d’accueil.

 

ØEtayage, reformulation, assistance méthodologique :

üAide à la reformulation des consignes à l’adulte.

üAide à la reformulation des consignes par l’élève.

üFacilite l’accès aux apprentissages.

üFacilite l’accès aux outils de référence mobilisables dans la classe.

 

ØAide à la verbalisation, la communication :

üSollicite les élèves ayant du mal à prendre la parole en groupe : oser parler

üSollicite les élèves ayant du mal à s’exprimer (effort d’articulation, donner des précisions, réinvestir un vocabulaire technique…) : se faire comprendre.

üMener des activités de langage permettant de développer l’imaginaire, le langage de l’évocation, la structuration du temps, la mémorisation d’évènements vécus collectivement…

 

ØAide à l’utilisation des TICE (logiciels, traitement de texte, internet…)

ØAide au CDI (maîtrise du prêt, lecture à l’adulte, rechercher des livres…)

ØParticipation à la vie du dispositif :

üDans le cadre de la vie du dispositif ULIS., l’AVSco. donne son point de vue, participe aux discussions et à la prise de décisions collectives

üAussi, l’AVSco. favorise les interrelations dans la classe ou dans la cour de récréation. A ce titre, elle participe à la régulation des conflits.

 

 

En cas d’absence :

- De l’AVSco., les élèves accompagnés par l’AVSco. vont dans leur classe de référence suite à l’accord de l’enseignant de la classe d’accueil et en fonction de leur niveau d’autonomie.

- De l’élève que l’AVSco. accompagne en milieu ordinaire, l’AVSco. reste à disposition de l’enseignant de l’UPI.

- De l’enseignant, l’AVSco. participe à la répartition des élèves dans les classes de référence selon les modalités prévues à cet effet. L’AVSco. peut surveiller le groupe classe sous la responsabilité d’un enseignant de l’établissement et dans la mesure où aucune scolarisation en milieu ordinaire n’a lieu.

 

 

 

AVSco. de l’ULIS.

Aide à la verbalisation, la communication.

Participation à la vie du dispositif.

Aide au CDI.

Aide à l’utilisation des TICE.

 

Etayage, reformulation, assistance méthodologique.

Participation aux réunions avec la famille.

Participation aux ESS.

Soutien à l’ouverture des élèves du dispositif sur la vie du collège.

Aide à la scolarisation dans la classe de référence.

Aide les élèves à s’organiser dans leur travail et à organiser leurs matériels.

Un des référents du dispositif.

Participation aux réunions avec les partenaires extérieurs.

Favorise la mise en place de la pédagogie différentiée.


D. La place de l’équipe enseignante du collège

 

Le projet de fonctionnement de l’ULIS. faisant partie intégrante du projet d’établissement, il est donc logique qu’il engage l’ensemble des acteurs de ce même établissement.

L’équipe enseignante est concernée en premier lieu puisqu’elle accueille, dans les différentes classes de référence, les élèves de l’ULIS. En collaboration avec l’enseignant coordonnateur, elle met en place les modalités d’accueil et de scolarisation, spécifiques ou non. Par le biais d’une fiche d’objectifs et de suivi de la scolarisation[3] dans chaque discipline dans laquelle l’élève de l’ULIS. est scolarisé, les deux parties (enseignants de la classe de référence – enseignant coordonnateur) sont à même de coréguler le projet.

  • Les enseignants, qui le souhaitent, sont invités à participer aux ESS. des élèves de l’ULIS. qu’ils ont en cours afin de donner leurs opinions quant au déroulement de la scolarité de ceux-ci. « Dans le cadre des activités de suivi et d’orientation des élèves, instituées par ledécret n° 93-55 du 13 janvier 1993, les enseignants exerçant auprès des élèves de l’Ulis participent aux réunions des équipes de suivi de scolarisation prévues à l’articleL. 112-2-1ducode de l’Éducation. Selon les cas, le professeur principal et les enseignants ayant en charge l’élève participent à ces réunions de l’ESS. » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010

Un autre temps fort concernant l’ensemble de l’équipe enseignante est le moment des conseils de classes trimestriels. Lors de ces temps de bilan qui règle la scolarité de tout collégien, les enseignants des différentes disciplines ainsi que l’enseignant de l’ULIS. peuvent échanger sur leurs points de vue et permettre de faire évoluer le projet de scolarisation.

Participe (physiquement ou non) aux ESS. concernant les élèves de l’ULIS.

Il est également possible qu’un enseignant du collège vienne faire cours aux élèves au sein de l’ULIS. dans le cadre d’un projet élaboré à la demande de ce même enseignant et/ou de l’enseignant coordonnateur. Ce type de mise en place est un autre moyen de faire « entrer » le collège dans le dispositif.

Place et rôles de l’équipe enseignante

Participe à la mise en place des scolarisations dans la classe de référence.

Participe aux bilans lors des conseils de classe trimestriels.

Peut intervenir au sein de l’ULIS. dans le cadre d’un projet à plus ou moins long terme.

E. La place de la Vie scolaire du collège

 

La Vie scolaire du collège est un élément essentiel qui permet à l’ULIS. et aux élèves qui y sont inscrits, de se fondre dans le fonctionnement de l’établissement. C’est par elle que passent les informations relatives à la vie en collectivité. Tout élève doit obligatoirement entretenir des relations avec la Vie scolaire, que ce soit dans la cour, en étude, à la cantine, lors de retards ou de retour d’absence, pour régler des conflits, pour échanger au sujet d’une difficulté,… Une nouvelle fois, c’est le cœur de la vie collective du collège et il apparait essentiel que l’ULIS. y soit représentée.

«  Le conseiller principal d’éducation veille à la participation des élèves de l’ULIS. aux activités éducatives, culturelles et sportives et à la bonne organisation des temps de vie collective (restauration, permanence, récréation). » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010.

C’est donc en grande partie au CPE. ainsi qu’à son équipe de permettre aux élèves du dispositif de s’inclure totalement dans la vie du collège par l’intermédiaire des différentes activités proposées. Cela permet à tous d’apprendre à mieux se connaître, se respecter et vivre ensemble.

Une ULIS. ne peut réellement fonctionner et atteindre ses buts si et seulement si la Vie scolaire est partie prenante de son projet et si elle parvient à considérer les élèves inscrits dans ce dispositif comme des élèves à part entière, soumis aux mêmes devoirs et bénéficiant des même droits que tous.

 

F. La place du chef d’établissement

 

Ecrire un commentaire

Caractérisation des publics concernés

Publié le 10/04/2011 à 05:44 par ulismorez39 Tags : 2010 chez travail enfant background pensée éléments

I. Caractérisation des publics concernés

A. Généralités

« Une UPI ULIS peut accueillir :

ü des élèves sortant des CLIS (Classe d’Intégration Scolaire) de l’école primaire, pour lesquels la CDES CDAPH.[1] et les parents ont estimé possible la poursuite d’une scolarité en établissement ordinaire ;

ü des élèves qui, après un séjour dans un établissement médico-éducatif ou une structure de soins, sont, avec l’accord de la CDES CDAPH. et des parents, en mesure de poursuivre leur scolarité dans un établissement scolaire ;

ü des élèves ayant pu bénéficier pendant un certain temps d’une intégration scolarisation individuelle et pour lesquels des modalités plus collectives s’avèrent nécessaires. À l’inverse, pour certains élèves, après un passage en UPI ULIS, une intégration scolarisation individuelle peut évidemment être proposée si elle paraît souhaitable.

Dans tous les cas, l’orientation comme la réorientation éventuelle des élèves est effectuée par une commission de l’éducation spéciale CDAPH. » circ. n°2001-035 du 21 février 2001

B. Le PPS

Tous les élèves inscrits dans une ULIS. bénéficient d’un parcours de formation qui fait l’objet d’un PPS. (Projet Personnalisé de Scolarisation) qui est élaboré par une équipe pluridisciplinaire[2] puis décidé par la CDAPH. Ce sont toujours les parents qui sont à l’initiative du PPS. et qui adressent la demande à la MDPH[3].

Ce PPS. comporte trois volets : 1 volet médical, 1 volet social et psychologique, 1 volet pédagogique.

Afin de réguler le projet de chaque élève, une équipe de suivi de la scolarité (ESS) se tient au moins une fois par an. Cette réunion « bilan » est organisée par l’enseignant référentqui suit le dossier de l’élève handicapé. Elle réunie également les parents ou tuteurs légaux (obligatoire !), le ou les enseignants qui ont en charge l’élève, les personnels des services de soins et/ou éducatifs ainsi que tous les partenaires concernés par le PPS. Il est à noter que les élèves peuvent évidemment y participer.

Pour conclure, le PPS. est l'un des éléments du PPC[4]. élaboré par l'équipe pluridisciplinaire.

C. Le public des ULIS :les troubles importants des fonctions cognitives

 

« L’intitulé des ULIS. correspond à une réponse cohérente aux besoins d’élèves handicapés présentant des :

  • TFC: troubles des fonctions cognitives ou mentales (dont les troubles spécifiques du langage écrit et de la parole) ;

· TED : troubles envahissants du développement(dont l’autisme). » Circ. n° 2010-088 du 18 juin 2010 »

 

Les « troubles importants des fonctions cognitives[5] » des élèves accueillis dans les ULIS (de 11 à 16 ans) peuvent relever de différentes natures :

ü il peut s’agir de retard mental global, ce qui correspond à la population la plus nombreuse (jeunes provenant d’Instituts Médico-Educatifs ou susceptibles d’y être orientés) ;

ü mais aussi de difficultés cognitives électives, et on peut penser ici à l’autisme, classé dans les handicaps depuis la loi du 11décembre 1996 modifiant la loi 75-535 sur les institutions sociales et médico-sociales, ou bien peut-être aussi aux dysharmonies cognitives ;

ü les difficultés psychiques graves relevant donc des soins de la psychiatrie et s’accompagnant de troubles de la pensée.

En règle générale, l’élève doit être capable d’assumer les contraintes et les exigences minimales de comportement qu’implique la vie au collège et disposer d’une capacité de communication compatible avec les enseignements scolaires, les situations de vie et d’éducation collectives.

D. Précisions et éclaircissements

Bien que les profils présentés dans la partie précédente reprennent certaines généralités concernant les élèves inscrits en ULIS, il convient de préciser que chaque enfant a un profil unique et propre à sa problématique. C’est la raison pour laquelle il est essentiel de procéder à des évaluations diagnostiques (tant sur le plan scolaire que relationnel, psychologique,…) afin de prendre la véritable mesure des besoins, des difficultés et des acquis de chacun.

Même si un élève rencontre de grandes voire de très grandes difficultés dans la plupart des domaines scolaires, il peut être surprenant dans certains d’entre eux et/ou en fonction du contexte et de l’environnement.

Tout en tenant compte des problématiques spécifiques de ces élèves, il est primordial de les considérer avant tout comme ce qu’ils sont : des élèves à part entière. En tant que tels, il faut partir de leurs besoins en ayant comme fil conducteur les outils et référentiels officiels et nationaux (socle commun, programmes officiels) mais également leur permettre d’être soumis aux mêmes règles et devoirs que tous les autres élèves.

C’est en ayant cette vue d’ensemble que l’on peut mieux comprendre la place d’une ULIS au sein d’un établissement du second degré et que l’on comprend que le fait que tout élève soit inscrit dans sa classe de référence relève de la simple logique :

Elève relevant d’une ULIS

background: none repeat scroll 0% 0% yellow;">Classe de référence

L’élève fait partie intégrante de sa classe :

. il participe aux enseignements dans lesquels il est capable de suivre avec ou sans aménagements et aides supplémentaires (AVSco., temps supplémentaire, reprise des cours au sein de l’ULIS., utilisation de fiches outils, …).

. il doit poursuivre les mêmes objectifs que tous les élèves : programmes officiels, ASSR1 et 2, B2i, A2,…

background: none repeat scroll 0% 0% lime;">ULIS

. Le référentiel qui est privilégié est le socle commun de connaissances et de compétences (les 3 paliers) en tenant compte des aménagements éventuels et des objectifs personnalisés présents dans le PPS. de chaque élève.

. A partir de la 4ème, les élèves suivent des cours de VSP. (Vie Sociale et Professionnelle) et effectue des stages de découverte professionnelle. En 3ème, ils passent le CFG. (Certificat de Formation Générale).

. Un travail spécifique sur la méthodologie et la métacognition est mis en œuvre afin de développer l’autonomie de chacun.

. Des reprises de cours de leur classe de référence ainsi que des aides aux devoirs sont mises en place.

background: none repeat scroll 0% 0% blue;">Services de soin

Les services de soin (SESSAD. CMP., Hôpital de jour,…) sont proposés à tous les élèves relevant d’une ULIS :

. ils permettent à l’enfant de faire évoluer sa problématique et de trouver un équilibre plus harmonieux.

. ils aident également les enseignants à mieux percevoir l’élève dans sa pluralité et ouvrent des pistes pour le faire progresser.



[1] CDAPH. : Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées.

[2] Equipe pluridisciplinaire : commission technique au service de la CDAPH.

[3] MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées.

[4] PPC : Plan Personnalisé de Compensation (cf :Décret 2005-1587 du 19 décembre 2005; Articles R. 146-28, 29).

[5] Cette appellation est propre à l’Education nationale. Elle regroupe bon nombre de situations qui seront précisées plus tard.

Analyse du cadre règlementaire

Publié le 10/04/2011 à 05:42 par ulismorez39 Tags : 2010 cadre signature

I. Analyse du cadre réglementaire

A. Définition

Les ULIS sont des structures pédagogiques d’appui à l’inclusion scolaire des adolescents handicapés dans l’enseignement secondaire. Elles sont différenciées par type de handicap. Les ULIS orientées vers les handicaps mentaux, sont implantées actuellement surtout dans les collèges, mais elles peuvent également être implantées dans les lycées. Pour ce qui est des autres handicaps, sensoriels en particulier, il existe de longue date des structures d’appui à l’intégration scolaire (et désormais à l’inclusion scolaire).

Leur finalité est d’assurer un parcours individualisé pour chaque élève en répondant de manière plus souple et plus diversifiée sur le plan pédagogique, à leurs besoins, très différents selon les situations individuelles et évolutives dans le temps pour chacun d'eux « éviter une interruption prématurée de leur scolarité, ainsi que leur isolement, afin qu'ils n'aient pas à assumer seuls leur différence dans le moment de l'adolescence. Ces unités favorisent l'établissement de liens de solidarité entre l'ensemble des élèves d'une classe d'âge, grâce aux diverses formes de coopération, tant dans les activités d'enseignement que dans les temps de vie scolaire. » circ. n°2001-35 du 21/02/01.

L’ULIS s'inscrit dans une démarche de partenariat, engagée entre un établissement scolaire, les collectivités locales compétentes, mais également un ou plusieurs services d'éducation spéciale ou de soins, ainsi que des personnels médicaux et paramédicaux exerçant en libéral, éventuellement dans le cadre d'un réseau. Les différents partenaires formalisent leur engagement par la signature d'une convention, soumise à l'approbation du conseil d'administration de l'établissement concerné, précisant les conditions de la participation et définissant les obligations spécifiques de chaque partie prenante ; sa révision, prévue chaque année, permet les ajustements éventuels rendus nécessaires par l'évolution du projet (circ. n°2001-35 du 21/02/01).

Ce dispositif se veut ouvert sur l'établissement scolaire et ne saurait constituer une « filière », même s'il s'avère opportun de prévoir, pour certaines activités, le regroupement des élèves concernés ; « en aucun cas, ce dispositif ne doit être considéré comme une structure médico-sociale enclavée dans un établissement scolaire » circ. n° 2002-112 du 30/04/02.

B. Un peu d’histoire

Les ULIS. (Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire) font suite aux UPI. (Unités Pédagogiques d’Intégration) depuis la mise en place de la circulaire n° 2010-088 du 18 juin 2010 abrogeant la circulaire n°2001-035 du 21 février 2001. Ce qu’il importe de retenir c’est le passage du terme « intégration » à celui d’ « inclusion ». Auparavant, c’était à l’élève rencontrant un handicap de faire la preuve qu’il pouvait s’intégrer à un système peu adapté pour lui (problème d’accessibilité sur le plan moteur, sensoriel, cognitif,…). Désormais, avec notamment la loi du 11 février 2005[1], l’élève handicapé est encore plus ancré dans le droit commun, ce qui implique que c’est avant tout au système scolaire, à tous les échelons, de rendre les savoirs accessibles à tous. Ces élèves sont donc inclus dans la communauté scolaire.



[1] loin° 2005-102 du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »